Bonus Track : Johann Guyot

A propos de Welcome to Hell(fest) : 3 questions à Johann GUYOT

Comment est venu l’idée de ce livre ? C’était planifié ou c’est après coup que as décidé de regrouper tes dessins ?
L’idée est venue de ma collègue journaliste Sofie qui co-écrit le bouquin. J’avais déjà fais un petit bouquin sur le sujet et elle m’a proposé le projet. J’étais moyen chaud au début, n’étant pas très branché gros festival et foule, préférant les concerts en petite salle et écouter mes vinyles peinard, et puis on s’est dit que justement, étant assez étranger a ce genre d’évènements, le bouquin pouvait être assez drôle et intéressant… Plus qu’un fan du Hellfest qui ferait un bouquin sur le Hellfest.

Heavy Rocker © Collection personnelle

Tous tes dessins sont-ils « pris sur le vif », pendant le concert et si oui, quel est le secret pour dessiner tout en headbanguant ?
Pas mal de dessins sont pris sur le vif pour garder le côté authentique mais beaucoup sont repris, arrangés,voire recommencés… parce que souvent c’est compliqué avec le public, la vision réduite, sans compter que quand il fait nuit on ne voit plus rien. J’utilise pas mal de vidéos assez floues pour retrouver le vif du concert. Je n’aime pas travailler d’après photos (ou alors un minimum). D’après Jean-Christophe Menu dans Lock Groove Comics, Luz est le seul a être capable de dessiner sur le vif dans un pogo. N’ayant plus les cheveux longs comme avant, je headbangue moins… C’est donc plus facile !

Quels sont tes pires et meilleurs souvenirs de festivalier crobardeur ?
Pires souvenirs… Pas beaucoup : J’ai du mal à pisser avec du monde autour, ça me bloque… Du coup, imagine moi, collé à 15 types autour d’une pissotière commune… ha ha ! J’arrivais pas a sortir une goutte, du coup, je me trouvais toujours un petit buisson… J’aurais été beau à l’armée ! Sinon, il y a l’année 2013 où je logeais à la campagne en dehors de Clisson et je rentrais en vélo. Mon biclou ayant crevé au bout de 100 mètres, j’ai dû me taper 5 km le vélo sur les épaules en pleine campagne… Au final, ça fait des souvenirs marrants et des choses à raconter !
Meilleur souvenir : L’année dernière, le concert de Venom qui est sans doute mon groupe préféré (bien que j’aime pas ce terme là). Moi qui suis désormais calme dans les concerts, avec la sagesse d’un sieur de 32 ans, j’ai retrouvé mes 15 ans.. Je hurlais, headbanguais, beuglais les paroles dans les oreilles de mon pauvre voisin. J’étais tout devant, Cronos jetait des regards diaboliques… C’était magique !

Bonus Track : Nicolas OTÉRO

A propos du Roman de Boddah : 3 questions à Nicolas OTÉRO

Quelle a été la motivation principale de ton livre ? Adapter le roman d’Héloïse Guay De Bellissen ou l’envie de donner ta vision de la biographie de Kurt Cobain ?
C’est un peu des deux. J’avais envie de me lancer en solo depuis assez longtemps mais je ne trouvais pas la matière et peut-être pas le courage non plus. Quand j’ai découvert le bouquin d’Héloïse, l’axe narratif choisi de faire parler Boddah, la personne à qui Kurt Cobain a dédié sa lettre de suicide, donc quelqu’un d’important dans sa vie, était pour moi une idée de génie. Je me suis emparé de ce bouquin, tout ce que j’avais pu en attendre était prêt à sortir et ça a été le déclencheur du projet.

Comment as-tu procédé pour créer le personnage de Boddah ?
Boddah, il a fallu l’incarner parce que je ne pouvais pas utiliser le même postulat que dans le roman où l’on sait tout de suite qui il est. Pour moi, c’était un mec qui devait forcément être dans l’entourage proche de Kurt Cobain et j’ai choisi de le traiter comme l’un de ses roadies, un mec qui s’occupe des instruments, qui est là sur les tournées et donc aussi dans les moments intimes. Personne d’autre que Kurt ne parle avec Boddah… il y a pas mal de petites choses qui amènent le déroulé du récit sur ce personnage. C’est cet ami d’enfance, cette petite voix qu’on a dans notre tête et dont on a du mal à se défaire. Pour Cobain, il est apparu au moment du divorce de ses parents. On oublie que Cobain fait partie de cette génération d’enfants de divorcés, avec tout ce que ça pouvait impliquer, ce manque d’amour, ce manque d’intérêt qu’avait sa famille pour lui. Je pense qu’il a gardé Boddah jusqu’au bout parce qu’il a voulu garder cette part d’innocence et d’enfance qu’il avait en lui et Boddah justement représentait ça.Cobain par Otero © Collection personnelle

Quelle a été ta démarche pour l’adaptation du roman ? Une base d’inspiration ou le souci d’une adaptation fidèle en concertation avec Héloïse Guay De Bellissen ?
Non, pas vraiment. J’ai juste eu comme consigne de la part des éditions Fayard d’essayer d’être fidèle à l’esprit de l’auteur, ce qui, on est d’accord, ne veut rien dire mais je savais où je voulais aller. Le principe d’une adaptation d’une œuvre, c’est de la mettre à sa sauce. Le bouquin faisait 350 pages, j’ai forcément dû éluder des parties, il y a des choses que je trouvais moins intéressantes que d’autres. Ce qui est ressorti à la lecture de ce livre, c’est surtout une belle histoire d’amour, pour moi c’était l’élément central et le côte intime que Boddah a pu avoir avec Kurt Cobain permettait de raconter ces scènes que personne n’est censé connaître et de mêler des événements authentiques avec des événements fantasmés. S’agissant de l’histoire d’amour avec Courtney Love, j’ai mis les choses au point dès la quatrième page car on a raconté pas mal de salades et  je ne voulais pas me mêler à toutes les rumeurs qu’il y a pu avoir là-dessus. Le peu de temps qu’ils se sont aimés, c’était puissant, c’était dévastateur, c’était destructeur comme l’état dans lequel ils laissaient les piaules d’hôtel. Cette meuf était effectivement pétrie d’ambition, elle savait que son mec était en train de réussir, de devenir une star planétaire. Je laisse planer le doute dans deux scènes en particulier : Quand il fait son overdose à Rome où c’était déjà le début de la fin… Il absorbe une grande quantité de médicaments et c’est elle qui les apporte, on se demande dans quel but alors qu’elle sait qu’il a du mal à se défaire de son addiction. L’autre scène, c’est la première fois où ils couchent ensemble et que lui s’en va et la laisse en plan. Elle a cette phrase « Il ne s’en sortira pas comme ça », ce qui peut vouloir dire tellement de choses… Courtney Love était un beau personnage de femme dans le bouquin d’Héloïse et j’ai voulu garder ça. Vu l’axe narratif que j’avais choisi, c’était important que Courtney Love soit ambiguë. Ce que j’ai trouvé intéressant, c’est que c’était une femme hyper forte et le contrepoint parfait de la fragilité de Cobain.

Bonus Track : JÜRG

A propos de Twist and Shout : 3 questions à JÜRG

Ton dessin, notamment le traitement du noir et blanc, te mène souvent vers des histoires assez sombres. Pourquoi avoir choisi l’humour pour ce premier récit Rock ?
C’est venu naturellement en fait. Déjà, j’aime faire des histoires d’humour. Autant j’aime bien le Polar et des histoires hyper sombres, autant parfois j’ai tendance à aller vers une écriture de récits noirs mais en y mettant de l’humour et des choses un peu burlesques, voire grotesques. Là, ce que je recherchais, c’était le grotesque. Par rapport à tout ce que j’avais produit avant, notamment des polars avec Jean-Bernard Pouy, plus concrets, plus sérieux, que j’aime beaucoup, là c’était la première fois, avec les Requins Marteaux, qu’on me laissait une carte blanche. Donc, j’ai essayé de faire un bouquin qui me corresponde, qui soit complètement décalé. Dans le traitement graphique, j’ai toujours été très noir parce que ça remplace la couleur. J’ai besoin de mettre du noir, le dessin pur, noir, c’est vraiment ce que j’aime. Si je garde une ligne claire, j’ai l’impression que le dessin n’est pas fini. Ça me permet de mettre une ambiance un peu sombre, même si sur ce bouquin, c’est presque de la parodie, c’est comme citer des grandes références comme « Y’a-t-il un pilote dans l’avion ? » un amalgame de clichés mais avec une mise en scène soignée et réaliste, ce qui crée le décalage et qui fait que l’on rigole. Je ne suis pas à ce stade là mais dans l’esprit c’est pas plus sérieux que ça.

Le mythe d’Elvis subit un traitement de choc dans Twist and Shout. Qui aime bien châtie bien ?
Elvis by JürgTout à fait. Elvis c’est une référence, dans le sens où quand j’étais enfant, j’étais vraiment fasciné par la musique et les films d’Elvis. C’était toujours hyper coloré, avec ce côté jovial, genre tout est beau, les nanas sont superbes… Les visuels de cette époque sont fascinants, c’est un truc qui m’a carrément influencé. S’il y avait un film d‘Elvis qui passait, je pleurais auprès de ma mère, il fallait que je regarde. J’ai toujours adoré ce kitsch, ce burlesque avec ce côté série B, série Z. Et puis Elvis, c’est vraiment le charisme. Il avait ce putain de charisme même quant il était gros mais qu’il faisait un concert par jour, gavé de médicaments du début à la fin mais voilà rien à faire, pour moi, c’est vraiment l’incarnation du Charisme. J’ai fait une espèce d’hommage et c’est d’ailleurs un peu pour ça que dans le scénario j’ai changé la fin. Initialement, ça devait finir de façon horrible et puis au fur et à mesure, j’en ai parlé avec ma copine de l’époque et elle m’a dit « mais non, tu vas pas faire ça à Elvis, c’est dégueulasse ! » Et en fait, je me suis dit « Putain, mais elle a raison ! » Il y a vraiment un mythe autour de ça, on sait pas ce qu’il est devenu… J’ai eu envie que ce soit une sorte de Happy End, de truc complètement ouvert et qui finit bien. Je me suis aussi inspiré d’un film de Fritz Lang, « Chasse à l’homme », dont la première séquence montre un chasseur dans les montagnes, qui a dans son viseur Hitler, dans son chalet en Autriche et le type se dit « Si j’le bute maintenant, ça va changer le cours de l’histoire ». Il veut le faire, il met une balle dans son fusil et à ce moment là, un garde l’arrête, il est emprisonné… Je me suis vraiment inspiré de ce film là, qui n’a rien à voir sauf que ça m’a donné l’idée de prendre un personnage connu et de le mettre dans un contexte complètement burlesque. Voilà, c’est pas du Godard non plus (rires) mais mes références c’était Fritz Lang, Orson Wells, Will Eisner ou Bernet, donc des récits assez sombres même si j’y ai mis le côté humoristique. J’peux pas m’empêcher de faire le con mais avec un fond derrière qui fasse réfléchir.

Toi qui habites pas très loin de chez lui, peux-tu nous donner des nouvelles d’Elvis ? Est-il en forme, continue-t-il à composer la bouche pleine… ?
Eh bien, il se trouve que j’ai découpé un article dans la Dernière Heure, qui est un journal belge, c’était un article sur les Gracelanders qui font des reprises d’Elvis, sans Elvis, comme par hasard, à Charleroi. Donc, je suis sûr et certain que j’ai raison dans ce que j’ai écrit. Je peux semer le doute dans les esprits… Et je salue Charleroi en passant. Merci, je vous fais des bisous !

Bonus Track : Søren MOSDAL

A propos de Rockworld : 3 questions à Søren MOSDAL

Quelle est la part autobiographique dans les situations et les personnages de Rockworld ?
Les deux personnages principaux sont inspirés de trois personnes différentes. Charley, le type avec les lunettes c’est en fait Jacob Ørsted, le scénariste mais ce n’est pas seulement lui, c’est aussi deux autres types qu’on a incorporés, deux amis, mais je ne suis pas sûr qu’on leur ait encore dit, je ne crois pas qu’il le savent… Mickey, c’est un peu moi y compris pour l’addiction à la bière, j’en ai bien peur (rires) et aussi deux autres amis.Mosdal
Les histoires sont inspirées de toutes sortes de trucs, au départ on essaie toujours de partir sur quelque chose de réel mais après on fait ce qu’on veut.

La Scandinavie est surtout connue pour sa scène Métal. Est-ce le cas au Danemark et quelle est la place de l’Indie Rock dans ton pays ?
Le Métal et le Black Métal, c’est surtout en Norvège. C’est dommage qu’on n’ait pas de groupes de Black Métal vraiment bons au Danemark. Par contre, il y a des groupes d’Indie Rock qui ont vraiment explosé sur la scène internationale, c’est un truc assez nouveau depuis deux ou trois ans, maintenant tout le monde en parle, comme Iceage, ce sont encore des teenagers, et autour d’eux il y a d’autres groupes… C’est vraiment excitant aujourd’hui alors qu’il y a dix ans, il n’y avait pas grand chose.

Tu as un dessin original et très personnel. Quels sont les auteurs qui ont pu t’influencer dans ton travail ?
Merci ! Il y en a beaucoup mais je pense qu’au début quand j’ai commencé à vouloir faire des bandes dessinées, j’ai vraiment regardé Muñoz qui est l’un de mes grands modèles et puis après il y a eu le peintre Egon Schiele. Mais j’ai trop essayé de faire comme eux et ça reste toujours un problème de ne pas les imiter. Mais je crois que je commence à avoir mon propre style. En ce moment, je suis un grand amateur des Pulp italiens, les Fumetti, ces trucs qu’on achète dans les gares avant de prendre le train. Je ne peux pas dire que ça m’inspire mais c’est ce que j’aime lire. J’ai découvert Magnus, qui est mort aujourd’hui, avec Necron qui est pour moi un chef-d’oeuvre.

Jampur FRAIZE

Si vous êtes lecteurs de Rock & Folk, vous avez sûrement remarqué ses dessins drôlatiques et un poil irrévérencieux qui caricaturent les plus belles tronches du Rock. Jampur FRAIZE fait rimer Rock avec BD comme une évidence. Ce pilier de la Gazette du Rock où il associe à ses méfaits graphiques les plumes les plus aiguisées de la BD Rock est aussi animateur de radio (devinez dans quel style). Vu qu’il respire le Rock tel un Punk son tube de colle, il était temps qu’il nous en dise plus sur ces addictions parfaitement avouables.

Quels sont les événements tragiques de ton enfance qui t’ont fait dériver vers la bande dessinée ?
Vers l’âge de 6 ans, je suis tombé à plusieurs reprises sur la tête et ce, à peu de temps d’intervalle : chute d’un lit superposé, chute dans un escalier, et collision frontale contre un mur en crépi. Il ne s’agit pas vraiment ici d’événements tragiques mais cela a influencé mon comportement de manière considérable.
Je me suis pris, entre autres pour Gaston Lagaffe, Donald, Astérix et Luky Luke. Mon rêve était alors de faire comme Lebrac, qui était toujours en retard pour rendre ses planches de BD, à la rédaction de Spirou.

Et ce penchant indéfectible pour la musique de sauvages, d’où vient-il ?
Un peu de mes chutes, citées précédemment, mais aussi, ayant été élevé dans un endroit isolé de la garrigue gardoise, j’ai gardé cet instinct sauvage qui s’est traduit par une irrésistible envie de rythmes binaires. La visite de l’aven d’Orgnac a été décisive quant à mon attirance pour les sons de guitare caverneux. Puis, voyant mon grand frère gratter inlassablement sur sa guitare, j’ai eu envie de faire de même, tout en écoutant les vieux bluesmen des 40’s et jeunes anglais des 60’s qui nous servaient de modèles.

Le mélange de ces deux addictions t’a-t-il tout de suite amené vers la BD Rock ou bien as-tu exploré d’autres genres avant?
J’ai appris le piano classique et un peu de jazz de 7 à 14 ans, j’ai donc consommé pas mal de musique classique et j’en écoute encore beaucoup, principalement les impressionnistes (Debussy, Ravel…). Du jazz aussi. En même temps, j’entendais d’une oreille les disques de mes aînés, qui entraient en pleine adolescence et écoutaient Chuck Berry, Les Stones, Beatles, Who, Canned Heat, Otis Redding Deep Purple…

Tout ça nous mène vers la Gazette du Rock, dont tu es l’instigateur (ou l’un des instigateurs ?), et qui, sous ses dehors un peu foutraques et éclectiques, proches de l’esprit fanzine, a une vraie ligne directrice, axée sur le Rock pur et dur sous toutes ses formes, en retraçant en BD aussi bien des célébrités que des artistes underground. Il y a aussi des interviews de dessinateurs, des chroniques de concerts… Comment et pourquoi avoir créé ce magazine?
C’est parti de loin, remontons jusqu’en 2008, année où ma compagne, Stella Di Matteo, passionnée de Rock aussi, a créé une ASBL (équivalent belge des assos loi 1901), la «Maison du Rock», qui s’inspire du concept de la «Maison du Jazz» de Liège, lieu de conservation et de consultation du patrimoine Jazz, avec conférences, expos et organisations de concerts à la clé. Bref, elle s’est dit qu’il fallait la même chose pour le Rock. Une sorte de caverne d’Ali baba Rock’nRoll, avec tous ses trésors. Le hic, c’est que les subventions pour avoir un lieu digne de ce nom sont inexistantes pour le moment. Donc, depuis sa création, l’ASBL stocke dons, héritages et achats d’un patrimoine Rock, riche en vinyls, CD, K7, livres, DVD’s, documents et accessoires divers dans un local, en attendant de pouvoir avoir un lieu digne d’accueillir un public assoiffé de rock. En attendant, depuis 2008, donc, la Maison du Rock n’a pas chômé car elle a organisé des concerts (Satelliters, Len Price3, Les Producteurs de Porcs, The Prime Movers, The Montesas, etc.) des expos (Frank Margerin, Mezzo, Riff Reb’s & Edith,…), et des conférences. L’univers du Rock et celui du Fanzinat étant étroitement liés , nous nous devions de créer un fanzine: La Gazette du Rock, qui existe depuis mars 2011, au rythme de deux parutions par an. Grâce, entre autres, à l’impulsion de Jean Bourguignon, talentueux auteur de Bandes Dessinées et stakhanoviste du fanzine.
On y raconte, triture et maltraite parfois, l’Histoire du Rock, on y parle de nos coups de cœurs, il y a des chroniques, interview, BD, strips. On peut y trouver des grands classiques comme Chuck Berry ou des gens plus en marge, comme Billy Childish ou Reverend Beatman. Depuis quelques numéros on propose un thème : les origines du Rock, la naissance du Rock, Rock et Superhéros, le psychédélisme… Elle se présente emballée dans un sachet plastique avec un bordereau qui annonce une partie du contenu, dont le fameux cadeau/gadget, rappelant le Pif Gadget de notre enfance (ben oui, on est vieux!). Dans chaque numéro, il y a un noyau dur de dessinateurs qui participe: Fifi, Jean Bourguignon, Det, Sisca Locca. Nous proposons à nos potes dessinateurs et passionnés de Rock de participer. Mezzo, Riff Reb’s, Jeff Pourquié, J.C Chauzy, Besseron, Bouzard y ont collaboré. Bon, c’est pas évident car, comme dans tout fanzine qui se respecte, il n’y a pas de budget, c’est juste une question de passion et d’amitié. Nous avons failli arrêter d’ailleurs, la Gazette étant en couleur, on cassait la tirelire à chaque numéro. Heureusement, maintenant nous avons l’aide de la ville de Liège, ce qui permet de continuer. On l’emballe à la main et on la distribue nous mêmes principalement à Liège, Bruxelles, Paris et Lyon, ou par correspondance.

Et puis, c’est la reconnaissance ultime, la vie de Rock star, avec la parution de tes dessins dans Rock & Folk…
Même si ce n’est pas ultime (ni la vie de Rock star!), c’est quand même pour moi une reconnaissance appréciable. Rock&Folk est une revue que je connais depuis mon enfance, mon grand frère était déjà lecteur. J’ai longuement décroché dans les années 80 (Kahled ou Madonna en couverture de Rock&Folk, ça pardonne pas) mais je mis suis remis au début des années 2000. J’aimais bien la rubrique, « Que sont-ils devenus ? » qui enquêtait sur les groupes disparus ou musicos dont on entendait plus parler. Ça m’avait inspiré l’idée d’une série de dessins sur le thème, « que seraient-ils devenus, s’ils étaient encore parmi nous ? »,avec donc des illus mettant en situation Elvis, Jim Morrisson, Janis Joplin, etc. Tout ça, de manière décalée. J’avais envoyé par courrier postal ce dossier chez rock&Folk.Vincent Tannières, qui y bossait déjà vers 2002, avait apprécié le projet, mais créer une rubrique spéciale ne se fait pas du jour au lendemain et ils avaient leur quota d’illustrateurs à ce moment-là. Au fur et à mesure, pour ne pas me faire oublier, quand j’avais un projet, une idée ou une planche, je leur envoyais un dessin ou l’autre par mail. Philippe Manoeuvre semblait apprécier mon travail et m’a proposé à l’été 2011 de passer une planche dans le numéro d’été. Puis, plus rien…Et un beau jour de printemps 2014, il me propose de m’occuper tous les mois d’illustrer le courrier des lecteurs, et de temps à autres des articles. Je croise les doigts pour que ça dure le plus longtemps possible. Jusque là, tout va bien, mais la presse papier est assez fragile, ces temps-ci.

Est-ce qu’il y a des dessinateurs qui t’ont influencé?
Dans le désordre: Uderzo, Morris, Franquin, les anonymes des studios Hanna-Barbera/UPA/Walt Disney.

Qu’est-ce qui t’attire dans le fait de dessiner des rockers? Et à l’inverse, est-ce qu’il y a dans ce sujet des choses que tu apprécies moins, sur le plan graphique?
Gary Thain smallJe suis passionné de musique en général et de Rock en particulier, c’est donc un sujet qui m’inspire. Et je n’hésite pas à écorcher mes idoles. Graphiquement tout sujet peut être inspirant, donc pour le Rock, no problem.

Ton dessin est très personnel et caricatural. Se moquer des rockers tout en leur rendant hommage, c’est plutôt une démarche rock’n roll ?
Je trouve crétin les gens qui s’insurgent quand on critique ou se moque de leurs idoles. Dans le courrier des lecteurs de Rock&Folk, y en a toujours un qui se manifeste, réagissant à un article ou une chronique « assassine », et dans mes proches, j’en ai connus quelques-uns. Je suis un fan D’AC/DC (euh…quand même pas au point d’aller les voir avec Axl Rose), des Stones, Who, etc. Mais je n’hésite pas à me moquer d’eux, parce qu’ils peuvent parfois être ridicules ou faire de mauvais morceaux. Se moquer des choses qu’on vénère est une sorte d’auto dérision. Et qui aime bien châtie bien.

Justement, existe-t-il, selon toi un graphisme ou un style de dessin «rock»?
Non, il y a sans doute un esprit. Un dessin très léché peut-être plus rock qu’un dessin exécuté de façon plus «trash». C’est le propos et le trait mis là où il faut qui fait que ça peut-être ou ne pas être Rock.

Quels points communs vois-tu entre rock et BD ?
Les galères, les femmes, les succès, des egos surdimensionnés, l’alcool, la drogue, etc. Mais quand on y pense, ces points communs peuvent coller avec plein d’autres univers. Et des fonctionnaires de la BD et du Rock, y en a beaucoup aussi.
Donc, on va dire que les deux provoquent des émotions fortes, mais le rock est plus direct, plus instantané.

Travailles-tu en musique?
Oui, à 99,99%. Ça va de Debussy à Black Flag, en passant par Coltrane ou des B.O, selon l’humeur du moment.

Es-tu aussi l’un des instigateurs de l’émission de radio «Inspecteurs des Riffs»?
Oui, c’est via la Maison du Rock et la Maison du Jazz qu’elle est née, en février 2010.
C’est une émission mensuelle diffusée les 3è Mardi de 20h à 22h sur www.48fm.com. Elle est Podcastée et téléchargeable ensuite le début du mois suivant sur www.radiorectangle.be. On y passe du rock, du jazz de la musique de film, des musiques électroniques, etc.

Si tu pouvais te réincarner en rocker, illustre ou inconnu, qui choisirais-tu?
Ouille ouille ouille quel choix!..Euh…disons…Bon Scott. Il est peut-être mort jeune mais à 33 ans il avait déjà vécu plusieurs vies.

Quels sont tes projets, notamment à quand un nouveau numéro de la Gazette du Rock ?
D. BoonLe prochain numéro sort cet été. Ce sera un spécial rock rigolo, avec interview de Frank Margerin, of course !
Je fais pas mal de boulots d’illustrations ces temps-ci. Des affiches, des pochettes de disques, 2 livres didactico-rigolos en collaboration avec des écrivains ornitologues et scientifiques. « Les bêtes qui volent, avec ou sans ailes » sorti en mars 2017 et à venir en septembre « les bêtes de la maison et de la chambre », aux éditions de la Salamandre. Comme quoi, y a pas que le Rock dans ma vie…
D’autre part, ça fait 2 ans que j’essaye de mettre en forme un projet d’albumBD/illus/cartoon, spécial Rock, pour présenter aux éditeurs…Je compte boucler ça avant ma mort !

Rock’nrolliens, pour découvrir l’univers de l’ami Jampur Fraize :
www.facebook.com/jampurfraize
www.facebook.com/maisondurock
www.facebook.com/inspecteursdesriffs

Bonus Track : JP AHONEN

A propos de Perkeros : 3 questions à JP AHONEN

Perkeros est le premier roman graphique abordant le Métal. Quelles ont été les étapes de la conception d’un récit aussi long et dense ?
Le récit est bien sûr né de la confrontation de nos centres d’intérêt respectifs. KP (NDR : Alare, le scénariste) et moi partageons les mêmes goûts musicaux et composons et jouons ensemble depuis longtemps. Alors que nous commencions nos études universitaires, nous nous sommes tous les deux rendus compte que nous n’avions plus assez de temps pour faire de la musique ou jouer dans un groupe. Je pense que cela nous manquait tellement que nous avons voulu transposer ça en BD.
Réaliser un roman graphique était un rêve d’enfant, quelque chose que je voulais faire depuis que j’ai 13 ans environ. C’est fou de penser que ça m’a pris 20 ans pour avoir le temps et l’opportunité de le faire mais je crois que tous les autres projets que j’ai menés dans l’intervalle étaient nécessaires. J’ai constaté que mon expérience acquise en faisant des strips dans les journaux du dimanche, des BD satiriques sur des thèmes contemporains ou des travaux de commande ont été bien utiles au moment de concevoir le récit et l’artwork du livre.
Pour aboutir à l’œuvre actuelle de Perkeros, ça a pris un certain temps. Nous avons en fait commencé à broder autour de l’idée de base en 2006, bien qu’à l’époque nous n’étions pas encore sûrs de ce que nous ferions avec le groupe. Au fil du temps, l’idée est arrivée à maturité et nous avons commencé à comprendre ce que devait être notre projet. Etant tous les deux fans de Rock progressif et de Métal, nous avons conçu Perkeros comme un concept album progressif : En incluant des styles variés (et parfois surprenants) et des éléments qui pourraient s’emboîter. Nous avons déniché beaucoup de documentation de fond allant des neurosciences à l’archéoacoustique et avons mêlé ça avec des faits réels, de la fiction, des fables et des légendes urbaines. Tout ça donne un assemblage amusant et j’encourage les lecteurs à prendre un peu de temps pour approfondir le livre et faire eux-mêmes un peu de recherche.
Perkeros 3Je crois que nous avons fini le scénario en 2010 avec KP mais j’avais besoin de me coltiner encore deux ans de travaux de commande pour dégager suffisamment de marge financière pour me consacrer à notre projet. La réalisation (découpage, encrage, mise en couleurs, édition) a pris environ un an et demi.

L’une des originalités de l’histoire réside dans les personnages. Pourquoi avoir choisi un ours comme batteur ou un (très) vieux beatnick comme bassiste ?
Ha ha ! Eh bien… Le casting initial était un peu plus ordinaire, mais les personnages se sont développés au fil de l’histoire. En définitive, il fallait que ça serve l’histoire et nous aurions aussi changé le genre musical si nous avions pensé qu’un autre aurait mieux collé.
Les personnages forment un panel étrange mais ils servent leur sujet. L’ours est là pour avertir le lecteur dès le début que le récit pourrait aller dans des directions peu orthodoxes. De plus, ils ont aussi une valeur symbolique. Si tu regardes des batteurs comme Neil Peart ou Danny Carey (NDR : batteurs virtuoses officiant respectivement au sein de Rush et de Tool), il est assez évident qu’ils ne sont pas humains. Ils ne peuvent pas l’être.
Pour le fun et pour mieux saisir l’intrigue, j’encourage le public à quelques lectures à propos de la glande pinéale et la mystique derrière ça. Cela sous-tend beaucoup de notions, comme l’hallucination, l’hibernation ou la télépathie. Et puis ça montre à quel point c’était un boulot de dingue de concevoir tout l’univers de Perkeros.

En utilisant des éléments fantastiques et un graphisme assez accessible, l’un des objectifs de Perkeros était-il de mieux faire comprendre le Métal au grand public ?
Oui, en partie, parce que de nombreux éléments sont là pour visualiser pourquoi les monstres etc. pouvaient être associés à la musique Métal et vice-versa. Cependant, Perkeros va au delà de ça. La musique, le Métal, le fait de composer et de faire partie d’un groupe… tout ça fait partie d’une sorte d’allégorie qui renvoie à une gamme plus large de thématiques. Nous ne voyons pas Perkeros strictement comme une BD Heavy Metal. Je connais beaucoup de fans du livre qui en fait ne s’intéressent pas au Métal. Et ça nous convient totalement.

Bonus Track : Vincent BRUNNER

A propos de Rock Strips : 3 questions à Vincent BRUNNER

Comment est né le concept de Rock Strips ?
C’était un peu un projet rêvé de refaire l’histoire du Rock revue avec des auteurs de Bande Dessinée parce qu’il y en a beaucoup, dont Luz ou Berberian, qui parlaient de musique. L’idée était de revisiter l’histoire de manière chronologique. Dans le premier tome, on va de Little Richards à LCD Sound System et dans le second de Roy Orbinson aux Libertines. Chaque auteur pouvait partir dans tous les sens, que ce soit autobiographique ou juste une histoire autour de l’émotion procurée par une chanson ou encore un parti-pris très graphique, voire austère, comme a fait Morvandiau avec la reprise de Love In Vain par les Rolling Stones. Luz, pour LCD Sound System, c’était plus intime parce qu’il connaissait James Murphy. Certains sont partis dans une histoire avec une chute comme Appollo et Brüno autour d’AC/DC, c’est presque apocryphe. Et le miracle, c’est que les auteurs ont suivi et que l’on a réussi à couvrir plusieurs décennies, on va des années 1950 jusqu’aux 2000, de manière assez cohérente avec des musiciens parfois culte mais pas grand public et d’autres beaucoup plus connus. Voilà, au départ c’était un fantasme, l’éditrice a dit Banco et puis les auteurs ont répondu présent.

Comment s’est fait le choix entre les auteurs d’une part et les groupes ou artistes de Rock présents dans Rock Strips, d’autre part ?
Pour les auteurs, j’avais fait une liste de 70 noms, pour qu’on soit, je dirais, dans les clous. Je m’étais quand même assuré à la base que Luz fasse partie de l’aventure, ce qui était vraiment un des conditions sine qua non… s’adressant à Luz qui se bidonne : Bien sûr, j’te l’ai déjà dit, tu le sais, arrête, mais c’est vrai (rires) ! Si le projet ne lui avait pas plu, je me serais quand même posé des questions. A partir du moment où Luz était OK, Berberian aussi, après il y a plein d’auteurs que Luz connaît, toute la bande, Jean-Christophe Menu, Killofer… L’idée de base étant qu’ils aient tous carte blanche. Et je me suis rendu compte que, sans que ce soit à proprement parler une attente des auteurs de bande dessinée, ça les branchait de dire « tiens, quel est mon groupe préféré ? » car la demande était : «Empare-toi de ton groupe préféré et raconte ce que tu veux ». Je me rappelle, Mathieu Sapin sur les White Stripes, je lui ai envoyé un mail un soir et il m’a répondu favorablement une demi-heure après… Pour Jean-Christophe Menu, on a eu un échange de mails, je lui ai d’abord proposé Neil Young, il m’a dit « Non, j’en ai déjà parlé. Les Sex Pistols ? Ah ouais, là d’accord.. ». Il s’est passé quelque chose, certains auteurs en ont parlé à d’autres… Par exemple pour le deuxième tome, j’ai su par Serge Clerc que Loustal aurait bien aimé être dans le premier… Il y vraiment eu un effet boule de neige.
En ce qui concerne les groupes choisis, l’idée c’était qu’ils soient importants, il ne s’agissait pas de parler du groupe préféré que personne ne connaît. C’est pour ça que dans le premier tome, il y a les Rolling Stones, les Beatles, etc. et dans Rock Strips Come Back, on a fait la suite pour justement mettre ceux qui n’avaient pas été traités dans le premier, genre Dylan. C’est pour ça qu’il n’y a pas non plus beaucoup de Rock français.

Quels point communs vois-tu entre Rock et BD ?
Historiquement c’étaient des choses qui appartenaient à la contre-culture. Quand la bande dessinée adulte a commencé dans les années 1960, c’était contestataire comme le Rock. Le point commun au départ, il est là. J’étais très fan de Métal Hurlant qui était porteur de l’esthétique Rock. C’est pour ça qu’il y a dans Rock Strips des auteurs comme Serge Clerc ou Luc Cornillon. Maintenant, Rock et BD sont tous les deux devenus des industries, le cri primal s’est un peu noyé dans la masse, le Rock’n roll n’est plus vraiment une musique de rebelles. Tout le monde peut dire « ah ben tiens maintenant, je vais faire un album de Rock’n Roll ». Un autre point commun est le fait qu’il y ait de plus en plus de nanas dans le Rock et la BD même si certains nous ont dit qu’il y avait peu d’artistes féminins dans Rock Strips. Il y a PJ Harvey, The Gossip, Debbie Harry… mais je suis sûr que si on le refaisait dans dix ans, il y en aurait encore plus. Si tu regardes l’histoire du Rock’n Roll, il y a dix ans, il y a eu un revival avec les Strokes ou les White Stripes, après la Techno qui comme la « Nouvelle BD » avait apporté quelque chose de plus pointu, un peu comme Luz ou les auteurs de l’Association qui sont aussi très fans de Rock et qui ont contribué à l’histoire de la Bande Dessinée. Je pense que les auteurs de Rock Strips sont les plus rock’n roll du monde de la bande dessinée.

Bonus Track : Julien/Cdm

A propos de The Zumbies, 3 questions à JULIEN/CDM

Quelle est la formule satanique qui vous a permis à Lindingre et toi de faire revenir à la vie ces quatre décharnés Rock’n Roll ?
La formule satanique ? C’est Ramones meet Romero. Je jure que c’est comme ça que je l’ai présenté à Yan Lindingre à l’époque où j’en bavais sur le scénario et où je lui ai demandé s’il pouvait me donner un coup de main. Il m’a dit « C’est quoi le pitch ?» et je lui ai répondu ça. A partir de là, tout est possible. On a discuté un peu plus quand même, sur les développements, combien ils étaient… Le groupe, je l’avais déjà créé pour une série de tee-shirts pour une boîte qui s’appelle Goéland avec qui je bosse depuis des années. Je les ai donc trouvés visuellement tout seul et après j’ai eu envie des les faire vivre parce qu’ils m’éclataient. Mais j’en chiais avec le scénar, comme d’habitude. J’ai fait appel à Yan parce que je savais qu’on avait les mêmes centres d’intérêt culturellement, moi plutôt cinoche et lui un peu plus pointu que moi sur les Cramps, les Ramones, des trucs comme ça. On a confronté tout ça et c’est comme ça que c’est né, tout simplement.

Zumbie bassisteSi on écoute bien entre les cases, les Zumbies, ça sonne comme quoi ou comme qui ?
Les références, elles sont un peu dedans déjà. Ça peut être Link Wray, Hasil Adkins, les Cramps, du Punk anglais, un peu dandy parce qu’ils sont en costard… ça sonne sale, ça sonne Bayou, on est entre l’Angleterre et les Etats-Unis. C’est un gros mix de tout ça. Chaque musicien a sa petite danseuse musicale mais on est sur les Cramps essentiellement avec cette envie qu’ils avaient eux aussi de puiser dans un héritage musical qui allait du Blues au Surf, au Punk, à la musique de film… Le chanteur, Lux Interior, était un fou de cinoche de genre, de série B. On est assez fidèles à cet univers et musicalement ça sonne un peu comme ça.

Quelles sont les références cinématographiques ou graphiques qui inspirent plus particulièrement l’esthétique des Zumbies ?
Je suis dans la pire des positions pour répondre à cette question parce que c’est dur de dire soi-même à quoi on fait allusion tellement c’est intériorisé. Évidemment que par rapport à une série comme Cosmik Roger, changement de technique, changement de format. Moi mon truc, c’était de mettre plus de noir, de travailler plus au pinceau, avec un encrage plus à l’anglo-saxonne. Les références sont à prendre au second degré, sans se comparer du tout à eux, sur du Will Eisner, du Milton Caniff, avec des noirs et blancs beaucoup plus francs. Je voulais que les planches fonctionnent en noir et blanc sans qu’on ait besoin de mettre de couleur. La couleur, c’est une sorte de bichromie avec des trames, en référence au Pulp, aux trucs mal imprimés de la presse magazine en souple américaine, un papier un peu jaune… L’influence, elle est clairement plus anglo-saxonne, ne serait-ce que par les choix d’outils et de technique. Après, quand tu as ce type de références en tête, ça peut être totalement bloquant parce que c’est du lourd, c’est du génie et donc évidemment, tu fais ta sauce avec tes qualités et tes faiblesses. Il fallait trouver une sorte de classe, moins cartoon que dans Cosmik Roger, il y a moins de gros nez, on est plus sur du semi-réaliste avec une vraie ambiance, plus noire, plus obscure, tout en gardant des giclées délirantes en contrepoint.

Bonus Track : Derf Backderf

A propos de Punk Rock & Mobile Homes, 3 questions à Derf BACKDERF

Quelle est la part autobiographique dans le récit ? Notamment, le personnage du Baron est-il inspiré d’une personne réelle et les anecdotes de concert sont-elles inspirées de ta propre expérience ?
Tout est fictif, mais j’étais un punk rocker à Akron à l’époque où se déroule le livre. Donc c’est basé sur mes propres expériences, au club The Bank. Le Baron, lui, est totalement inventé, il est juste sorti … pouf…  de quelque part, et il était là. Il m’est venu d’un seul trait. Quant aux concerts, ils sont presque tous basés sur ma propre expérience. Oui, comme les Plasmatics, l’année ou ils ont été arrêtés, ça s’est passé à Cleveland (NDR : la capitale de l’Ohio et dont Akron est la banlieue). Le concert des Ramones, où Otto se prends un coup de pied dans la tête, cela m’est aussi arrivé. Donc, oui, tout est vrai.

Ton dessin est très original et on pourrait le qualifier de dessin Punk par son côté très caricatural et peu académique. Comment as-tu trouvé ce style et quelles sont tes influences ?
Joey Ramone par DerfComment j’ai trouvé mon style… Whouuuf, eh bien… j’ai travaillé dur, tu sais, j’ai toujours chercher à faire quelque chose de différent. Mes influences, c’est comme d’habitude, Mad Magazine, Crumb, ce genre de choses, mais c’était il y a très très longtemps. Et tu sais, je suis peut-être « mauvais », mais personne ne dessine comme moi, personne n’écrit comme moi, donc je suis content par rapport à ça.

Comment le livre a-t-il été accueilli aux États-Unis, tant dans le milieu Rock que par les autorités religieuses ?
Les autorités religieuses? Ah ah Ah ! Je n’ai rien entendu de la part des Autorités religieuses. Sinon, c’est du punk Rock dans un milieu rock, et tous les punk rockers d’Akron ont beaucoup aimé. Je connais la plupart de ces gars, donc oui, ils étaient plutôt heureux que cela ait été fait. Et c’était une bonne chose de réaliser ce document à propos de cette époque et de cet endroit, car tout ça avait pour ainsi dire été oublié.

Merci à Amélie Boiron pour la traduction !

LUZ – Interview

Nombre de dessinateurs de BD sont de grands amateurs de Rock et certains ne ratent pas une occasion d’en mettre dans leurs dessins. Luz, quand il ne croque pas (férocement) l’actualité dans Charlie Hebdo, fait partie de ceux-là. Fréquemment fourré dans les salles de concerts, il en retranscrit, de son trait vif et spontané, l’atmosphère et l’électricité, tant sur la scène, que du point de vue du public. Comme si ça ne suffisait pas, il n’hésite pas à faire le DJ dans de folles soirées où le dancefloor devient vite incandescent. Vu qu’en plus, il n’aime vraiment pas la chanson française, cela faisait tout plein de raisons pour converser avec ce raide dingue de musique.

Tu as abandonné de prometteuses études de droit pour te lancer dans le dessin de presse et la BD… aucun regret ?
Aucun ! Je fréquente moins de connards et j’ai la possibilité à Charlie Hebdo de parler des connards que je fréquentais en Fac de droit. C’est ça l’avantage, c’est un peu ma vengeance ultime (rires) ! Ce sont les études qui m’ont le plus formé, politiquement et aux lecteurs du Figaro.

As-tu une approche spécifique de ton travail quand tu fais de la BD par rapport au dessin de presse ?
Je pense que oui. Il y a déjà un aspect technique. En dessin de presse, on est obligé de raconter une histoire en une seule case. Mais le point commun avec la BD, c’est que j’essaie de toute façon de raconter une histoire. Qu’il y ait un dessin à charge ou un dessin d’affiche, on doit imaginer qu’il y a un avant et un après. La grosse différence, c’est dans l’ellipse. La BD me permet de creuser l’histoire en tant que telle et de dessiner le contre-champ.

Quand tu vas voir un concert, tu emmènes systématiquement ton carnet à dessin ? Systématiquement. Même si je ne l’utilise pas, il est dans ma poche. C’est très très rare que je n’aie pas un carnet de dessin avec moi. Peut-être qu’il neLuz - Interview 1 va rien se passer dans le concert mais ne serait-ce que le trajet pour y aller ou le moment passé dans un bar avant ou après… l’histoire d’un concert se raconte aussi périphériquement au concert proprement dit.

Dans l’agitation du concert, la pénombre de la salle et si tu bouges aussi frénétiquement que tu le décris dans Claudiquant sur le Dancefloor, c’est pas trop galère de crobarder ?
Il suffit de s’entraîner (rires). J’ai l’habitude de dire que si je fais un dessin hyper chiadé, ça veut dire que le concert a été chiant, qu’il ne s’est rien passé, qu’il n’y a pas eu d’intervention de l’extérieur. J’aime bien quand le hasard intervient dans mon travail. Par exemple si un concert bouge, notamment avec un pogo, le travail va être un peu bousculé. Si à un moment donné, je suis en toute fin de festival, un peu fatigué, c’est à ce moment là que l’inconscient du dessinateur surgit. Les errances qu’on peut avoir dans le concert ou un festival doivent se retrouver dans le dessin. J’essaie de faire en sorte qu’elles agissent librement sur moi.

Comment est venue l’idée du concept Trois premiers morceaux sans flash où tes dessins se mêlent aux clichés de concerts pris par Stéphanie Meylan (Stefmel) ?
L’idée est venue ensemble, lors d’un concert de Bashung où on a, moi dessiné et elle photographié le même concert. On s’est échangé nos matériels et on a remarqué que pour le coup, en un cliché et en un dessin, on avait raconté une histoire identique, sous un angle différent et que peut-être nos histoires intimes étaient complémentaires. C’est ça qui nous a donné envie de pousser la complémentarité jusqu’à entrelacer nos deux « arts ». Et dans cette complémentarité, on arrivait exactement à exprimer ce que l’on vit en concert. C’est à dire, dans la proximité par la photo et l’énergie éloignée par rapport au dessin. L’intimité et la sourde énergie que l’on peut vivre pendant le concert. On s’est dit finalement qu’il fallait ces deux arts pour circonscrire ce qu’était vraiment le concert pour n’importe qui et en même temps restituer le ressenti de la personne qui, soit a vécu le concert, soit aurait voulu le vivre. A la fin, ça reste ouvert parce qu’on n’a pas la musique. Le truc obsessionnel pour moi c’est comment traduire la musique quand on ne l’écoute pas.

A l’instar de The Joke, dédié à The Fall et à Mark E. Smith son irascible leader, aimerais-tu réaliser d’autre biopics-hommages consacrés à des groupes ou artistes ?
Non, pas spécialement. Ce qui était intéressant quand j’ai commencé à dessiner sur The Fall c’est que j’avais une espèce de monomanie très orientée sur la fanitude. C’était plus le rapport avec ça qui m’intéressait que The Fall en lui-même. Je n’ai plus autant de monomanie sur un seul artiste même s’il y a des artistes qui me traversent complètement comme, même si c’est classique voire bateau, quelqu’un comme Bowie qui a accompagné toute mon histoire. Je ne me vois plus tellement faire ça parce que tout bêtement je l’ai déjà fait (rires). Après effectivement, je pourrais travailler sur Bowie ou d’autres artistes. J’ai fait quelques pages sur mon rapport à LCD SOUNDSYSTEM et comment on arrive à se positionner comme un fan mais aussi comme un ami de quelqu’un qu’on admire (NDR : James Murphy, le fondateur de LCD SOUNDSYSTEM) mais je ne pourrais pas faire un bouquin là-dessus, ce serait plutôt un flash à un moment donné. Par contre sur la musique en tant que telle, le travail n’est pas fini. D’une certaine manière, si « Grand Œuvre » il y a du rapport avec la musique, il est tellement tentaculaire qu’un seul bouquin n’y suffit pas du tout (rires).

Accepterais-tu de dessiner une pochette de disque ? On te l’a déjà proposé ?
J’ai déjà fait des pochettes de disques pour les Bérurier Noir, à l’époque où ils avaient sorti des remixes électro… des maxis et un album (NDR : Le Manifeste électronique). J’ai également dessiné un poster pour un 45 tours de LCD SOUNDSYSTEM, Tribulations. Mais de toute façon je vais être obligé d’en dessiner encore car j’ai fait un duo avec un DJ suisse, Kid Chocolat, ça s’appelle The Scribblers, produit par Rubin Steiner et à part chanter et écrire les paroles, je m’occupe aussi de l’Artwork, et donc je ferai la couverture si un jour on arrive à sortir cet album.

Et concevoir un récit de pure fiction ?
C’est ce que je suis en train de faire dans mon coin (rires). Je suis très admiratif des gens qui fabriquent totalement un univers à partir de rien. Moi, j’ai besoin de m’appuyer sur la réalité pour trouver mon propre univers. Le travail de fiction que je suis en train de faire traite d’un chien vampire qui déambule dans le cimetière des chiens d’Asnières. Ça part de ma fascination pour ce cimetière et je me suis dit que j’allais faire un récit sans paroles sur un chien qui n’a pas conscience d’être un vampire et qui utilise le cimetière comme un terrain de jeu.

Comment passe-t-on de la planche à dessin aux platines derrière lesquelles il t’arrive souvent de faire le DJ ?
Luz - Interview 3C’est assez simple. Quand on est dessinateur, on écoute beaucoup de musique parce que le dessin ne suffit pas à combler le vide du moment, en tout cas en ce qui me concerne. On engrange énormément d’informations musicales et au bout d’un temps on a envie de le faire partager. Le meilleur moyen de piéger les gens en faisant ça, c’est de passer soi-même les morceaux dans une soirée, plutôt que d’inviter les gens chez soi (rires). C’est devenu assez naturel, tout bêtement parce qu’on me disait : « t’écoutes beaucoup de musique, tu t’y intéresse énormément, ça te dirait pas de passer des disques ? » et comme n’importe quel tocard je me suis pris au jeu. Il n’y a rien de plus simple que de passer un disque puis un autre puis un autre et en même temps c’est un lien très direct avec le fait d’aimer raconter des histoires. Si on les raconte avec le dessin, on peut avoir envie de les raconter en musique et pour pouvoir lier dans un mix les histoires que les artistes racontent en musique. Ce qui est intéressant c’est de créer une histoire commune avec les gens qui sont présents dans un lieu et d’essayer d’avancer ensemble sur un dancefloor. Le dancefloor, ça peut-être aussi une page blanche.

Quand tu fais le DJ, tu as une play-list et des enchaînements planifiés ou bien tu improvises en fonction du contexte ou de la réceptivité du public ?
J’improvise en fonction du contexte. Après, on a tous quelques recettes. Je sais très bien que tel morceau des Yarbirds fonctionne merveilleusement avec tel morceau de Saul Williams parce qu’il y a une espèce de co-lignage inconscient entre les deux. Je fais partie de ceux qui se ramènent avec énormément de matériel pour pouvoir justement naviguer au gré de mes propres envies et au gré des réactions des gens parce qu’ils sont différents et que je ne sais pas comment le même disque passé la veille sera reçu le lendemain parce que les gens seront d’une une humeur différente et que moi-même j’aurai une humeur différente. Il vaut mieux improviser et se baser sur cette réalité de l’instant, de l’humeur des gens, de la taille du lieu, de ce qu’on a mangé ou de la soirée qu’on a passée avant, des gens qu’on aura rencontrés sur place. Quelqu’un qui a déjà une play-list avant de mixer n’a à mon avis rien compris à la musique (rires).

D’où vient cette aversion viscérale pour la bonne ritournelle bien de chez nous ? Traumatisme de la petite enfance, militantisme musical ou bien un goût immodéré pour la provocation ?
C’est juste une terreur qui a commencé en 2005, 2006 où justement cette nouvelle scène de la chanson française s’imposait de plus en plus autour de moi, à la radio au restaurant, chez les copains… Tout d’un coup, je me suis dit « mais qu’est-ce que c’est que ça, je fréquente des gens qui ont du goût et qui écoutent des choses qui sont très très fades ». Et puis voilà, je me suis énervé tout seul dans mon coin. Je me suis dit que ça n’intéresserait personne et finalement ça a permis à pas mal de gens de se compter autour de cette… je dirais pas haine mais de ce rejet un peu viscéral de la chanson française qu’éprouve une majorité de gens qui écoutent de la musique. C’était juste un énervement personnel qui est devenu un point commun avec quelques milliers de personnes (rires). Je n’ai pas été traumatisé dans mon enfance. Ma mère écoutait Bowie ou Brel et mon père du Blues et du Rythm’ and Blues comme John Lee Hooker, Big Bill Broonzy et aussi les Stones et Bowie. C’était un terrain vierge : A la différence des Anglais qui ont l’habitude de se moquer des trucs Kleenex, de ce type de Pop Rock bas de gamme et d’être assez Luz - Interview 2honnêtes avec leur propre évolution du ressenti musical, nous en France, on considère que chaque chose qui sort, chaque nouvel artiste français est un poète absolu qui rentre dans l’histoire. En Angleterre et aux États-Unis, la musique est fluctuante, elle n’est pas figée dans le béton armé de l’histoire musicale et je trouvais que c’était plutôt pas mal de moquer cette prétention française. J’ai sorti deux bouquins là-dessus. Le premier était énervé et vachement dans le ressenti de ce que je vivais de cette déferlante. Je ne pensais pas que j’allais faire un tome 2 mais comme ces mecs là étaient tombés quelques années plus tard dans un côté très People, cette fois, je me suis attaché aux personnages mêmes, à leurs bagarres internes, au côté ultra ridicule de leur posture. Mais bon, voilà, ça va, c’est fini, j’ai plus besoin d’y revenir (rires).

A l’inverse de la chanson française, tes goûts pencheraient plutôt vers le Punk, l’Electro et de manière générale, toutes les formes de musique en marge ou contestataire…
Je préfère dire « en marge ». C’est pas parce qu’un groupe est contestataire qu’il fait de la bonne musique. Il peut-être contestataire par rapport au Mainstream musical, même par rapport au Mainstream Rock ou Indé, à toutes ces choses là. La musique qui m’intéresse, c’est celle qu’on n’arrive pas à saisir d’une seule écoute, ça, ça m’intéresse vraiment !

Finalement, c’est assez cohérent avec le fait d’être à Charlie Hebdo, et cette façon d’aborder les choses ou de présenter les choses, en dehors du Mainstream journalistique…
Je ne dirais pas que c’est aller contre le consensus, parce qu’on a plutôt envie d’être dans le consensus, d’être d’accord avec les gens, de pas se fâcher avec eux. Mais quand la majorité pense de la merde, écoute de la merde ou regarde de la merde, on a juste envie de dire, y’a peut-être quelque chose à regarder par ailleurs mais ce n’est pas forcément monter sur un tabouret et raconter la vérité, c’est juste faire ce que Gébé faisait, c’est à dire montrer qu’il peut exister autre chose, qu’on peut penser autre chose, vivre autre chose. C’est juste donner une proposition, essayer de regarder ailleurs. Je ne suis pas en guerre ou dans une situation de rebelle. Peut-être que si chez Drucker on passait de la musique de drones ou du Hardcore, je trouverais ça absolument à chier et je me rabattrais sur Bénabar (rires).

Quels points communs vois-tu entre Rock et BD ?
Le premier des points communs est lié à l’adolescence. La Bande Dessinée est un peu plus liée à l’enfance et le Rock à l’adolescence. Il y a une sorte de glissement naturel entre les deux. Quand on est adulte on n’a pas envie de perdre ni son enfance ni son adolescence. Le point commun, il est dans l’idée qu’on n’a pas forcément envie d’être des gens responsables. Ce qui n’empêche pas que l’on puisse trouver du Mainstream dans les deux genres, de l’excellent comme de l’horrible. Il y a une grosse différence quand même, c’est que dans le Rock il y a quelque chose de communautaire, un désir d’aller vers l’autre, en tout cas pour ceux qui font de la musique, pour pécho de la Meuf par exemple. Dans la BD, c’est très individualiste, j’ai un monde, tu rentres dans mon monde… Il n’y a rien de pire que d’aller dans un festival de BD. Je préfère aller dans un festival de musique, les gens sont beaucoup moins monomaniaques.

Penses-tu qu’il existe une forme de graphisme Rock ?
Non, je ne crois pas. On peut parler de Rock avec un trait classique. Par exemple, Margerin a parlé énormément de Rock et en même temps, c’est pas un dessinateur Rock’n Roll en tant que tel. Vuillemin est plus un dessinateur Rock’n Roll d’une certaine manière. Je ne sais pas si de ce point de vue là, c’est vraiment adaptable. Ce sont deux choses très différentes. La BD permet d’expliciter le Rock’n Roll par contre le Rock’n Roll ne permet pas d’exprimer la Bande Dessinée (rires). Mais j’ai peut-être tort, je ne me suis pas réellement penché sur la question.

Quels sont les auteurs de BD qui ont pu t’influencer dans ton travail ?
Beaucoup trop. Au départ, c’était le journal de Mickey et puis du journal de Mickey on finit par Robert Crumb. C’est très difficile parce que, comme en musique, les influen-    cIGGY POP par Luzes sont tellement larges, éclectiques, elles n’ont pas forcément de logique, ça dépend plus de son histoire intime que de véritables choix. Si je suis aussi éclectique en musique, c’est probablement parce que je le suis également en BD mais pas uniquement. On m’a déjà proposé de faire des émissions de radio sur la BD mais ça m’emmerde. Je ne suis pas tant fasciné que ça par la BD. Je suis un dessinateur de BD mais ce n’est pas mon centre d’intérêt principal, c’est juste ma seule manière de m’exprimer. Je suis plus intéressé par des graphistes, par des gens qui arrivent à exprimer un monde par le dessin, ce qui est le truc ultime.

Travailles-tu en musique ?
Bien sûr mais y’a pas forcément d’obligation. Si on considère comme John Cage que le silence c’est aussi de la musique, travailler dans le silence, c’est aussi travailler en musique (rires). Ça peut être juste profiter de la clameur de la rue ou de la douceur de la nuit ou bien tout d’un coup, on s’arrête de dessiner parce qu’on a besoin d’écouter un bon morceau de Smog pour se remplir de drame et après dessiner de belles choses (rires).

Coincé sur une île déserte, avec Biolay, Bénabar et Cali, quel disque leur passerais-tu en boucle, histoire de leur faire accélérer la construction du radeau ?
« Metal Machine Music » de Lou Reed pour qu’ils se jettent tout de suite dans l’eau et je construirai moi-même le radeau avec leurs os pourrissants (rires) !

Bonus Track : François AMORETTI

A propos de Burlesque Girrrl, 3 questions à François AMORETTI

Pourquoi avoir choisi cette ambiance et ces thèmes résolument Vintage, qu’il s’agisse de la musique, de l’érotisme, des voitures, ou même du graphisme ?
J’écoutais beaucoup de Rockabilly lorsque j’étais lycéen, c’est une musique que j’écoute depuis cette époque de manière régulière. Il m’arrive de faire des pauses mais j’y reviens toujours. Et l’univers qui va avec m’a toujours plu. De plus ces dernières années, différents mouvements Indé se sont ralliés sous la bannière Kustom Culture: Rockabilly, Burlesque, Hotrod, tatouages, vintage, etc. Adhérant à plusieurs d’entre eux, il m’a semblé logique de les inclure au récit.

Comment se sont passées les rencontres avec ces égéries modernes du Rock’n Roll et New Burlesque que sont respectivement Collen Duffy et Mimi Le Meaux ?
Burlesque 3Pour Colleen, j’étais grand fan de sa musique mais surtout de sa démarche. On ne se connaissait pas et j’y suis allé au culot : je lui ai écrit un email pour prendre contact, lui présenter mon projet. Elle m’a répondu dans les 5 minutes, j’ai été très surpris! Ce fut le début d’une longue correspondante. Je ne lui demandais que d’être la marraine du groupe et de Violette dans le livre donc elle n’avait rien de spécial à faire sinon me laisser la dessiner et utiliser son image et son nom. Puis elle m’a demandé si elle pouvait faire quelque chose de plus, je lui ai donc proposé la préface. Pour Mimi, c’était un peu pareil… je l’ai déjà croisée mais sans se présenter. Nous avons un ami proche en commun, Charlie Lecach par qui j’ai fait passer ma demande. Mimi a beaucoup aimé l’idée et Violette surtout. Après quelques échanges amicaux, elle s’est lancée et à écrit sa préface. Deux rencontres vraiment formidables! Je ne les remercierai jamais assez de leurs soutiens et de leurs participations.

Violette est un personnage fascinant et attachant, physiquement et spirituellement. Est-ce une sorte de synthèse de la femme idéale ou bien a-t-elle été modelée pour les besoins du récit ?
J’ai pensé Violette pour qu’elle puisse servir le récit. Elle est tellement originale et sur-féminisée qu’on ne peut que se retourner sur son passage qu’on la trouve belle, fascinante, sexy ou même repoussante. Violette se devait de marquer le lecteur. Beaucoup m’ont demandé si elle représentait mon fantasme, ce n’est pas le cas. Je la trouve magnifique mais ce que je préfère chez elle c’est son courage et son expression de la féminité (entres autres).

Bonus Track : Will ARGUNAS

A propos de Pure Fucking People, 3 questions à Will ARGUNAS

Comment est né le concept de Pure Fucking People… une envie soudaine ou un projet mûrement réfléchi ?
Pure Fucking People est né à mon insu, car au départ, quand j’ai découvert le Hellfest (en 2009), son ambiance, et ses festivaliers, j’ai juste pris des photos, en souvenir, comme le fait tout le monde. C’était un cadeau pour les 40 ans de ma compagne. Ca faisait des années qu’on allait plus en concert. Nous étions partis des Yvelines pour une petite ville du Loiret. Et parce qu’on avait 3 enfants en bas âge. Du coup, en 2009 j’ai voulu marqué le coup ! Le seul truc dont on ne te parle pas, c’est le spleen qui suit un tel festoche. Du coup, étant dessinateur et coloriste (à l’époque), j’ai transformé cette espèce de frustration en me mettant à dessiner les festivaliers qu’on y avait croisés, à partir de mes photos de souvenir. J’ai ainsi fait une première série de 30 dessins en 2009. En 2010, on retourne au Hellfest. Je reprends pas mal de photos. Will Argunas2Et je me remets à dessiner à mon retour. Entre temps, j’ai exposé, et découvert l’intérêt des gens de tous horizons pour ce travail de « documentariste ». Du coup, venant de la BD, je décide de présenter ce projet à des éditeurs. Tout le monde me dit non. C’est là que j’ai décidé de m’auto-publier. J’avais une soixantaine de dessins, de quoi remplir un premier artbook de 64 pages N/B. et depuis, je me suis pris au jeu, en essayant de me renouveler. Des premiers dessins très chargés de 2009 (des foules), je suis passé à des « portraits de personnages ». J’ai viré les décors, pour ne conserver que les attitudes.

Par rapport à tes bandes dessinées, ton dessin est plus épuré, plus « ligne claire » dans Pure Fucking People. Comment s’opère la transition entre les modèles originaux, pris en photos sur le vif au Hellfest et le rendu final sur le papier ?
En 2010, j’ai découvert la sérigraphie de concert, la technique des trames … dont j’ai décidé de me servir pour certaines parties de dessins, trop complexes à dessiner, où trop dévorantes en temps, car tout ça n’est pas encore très lucratif. Quand je commence un dessin, venant de la pub et du rough (j’ai bossé pendant 13 ans dans le milieu parisien des agences de pub), j’essaie d’aller à l’essentiel, dans un temps limité. J’utilise donc des techniques qui me font gagner parfois du temps, en testant des trucs. Pure Fucking People est une espèce de laboratoire graphique depuis le début, un exutoire, une façon de faire converger deux passions : la musique (Métal) et le dessin.
Par rapport à mon travail en bande dessinée, mon trait est plus épuré sur les parties de chairs, les visages, mains, bras, en effet. Pour le reste, on retrouve mon goût pour la hachure, et ma gestion des noirs. Mais tu verras que dans mon prochain album (qui sort fin août), les hachures disparaissent aussi des visages. C’est dû à 2 choses : une demande de mes éditeurs d’alléger mon trait, qui rend parfois les visages un peu durs (en particulier chez les personnages féminins), et d’une envie de ne sculpter que les corps, pour évoluer dans ma façon de travailler. Du coup, sur les parties de visage ou corps dénudés, je m’éloigne du réalisme des photos, ce qui contribue à mettre du faux dans le vrai, encore plus vrai quand je rajoute sur certains tirages de la couleur en aplat, façon sérigraphie. Tout ça se fait donc de plus en plus en étant mûrement réfléchi, tout en essayant de garder une grande liberté.

Quels sont les critères de choix de tes modèles, originalité, authenticité… ?
Mes choix sont purement subjectifs. Je regarde mes photos après coup, tout au long de l’année, dès que j’ai envie ou besoin de faire un nouveau dessin, et je me laisse guider par ça. Je suis très sélectif. J’essaye de faire un max de photos en festoche car je ne sais jamais au moment où je prends le cliché si j’en ferai vraiment un dessin, ou pas. Par cWill Argunas 1ontre, une fois que je revois les photos, tout m’apparaît clairement. Un dernier facteur entre en ligne de compte, c’est le fait que je ne veux pas me répéter dans les attitudes (on me l’a un peu reproché pour le tome 2 par rapport au tome 1). Du coup, des textes sont apparus dans le tome 3 ainsi que des mises en scène et en page très différentes. Ainsi, quand j’attaque un nouveau dessin, j’essaie de m’interdire de refaire ce que j’ai déjà fait. D’ailleurs, cette année, au Hellfest, j’ai expérimenté un nouveau truc, le dimanche. Je suis allé à la rencontre des festivaliers, plus frontalement qu’avant, et du coup, après avoir pris une photo d’eux, je leur ai filé une carte postale de mes Pure Fucking People, histoire qu’ils se disent, s’ils connaissent mon travail, ou s’ils avaient vu l’expo et la déco du Leclerc de Clisson, qu’ils seront peut-être dans le tome 4. C’est comme ça que j’ai pu engager la conversation avec certains. Et n’ayant pas un appareil de pro, ça faisait un peu moins le touriste qui prend les autres en photos. Le retour a été très positif, et je pense que je vais continuer, pour que le tome 4 soit encore très différent. Même si les festivaliers posent, se griment, se travestissent, se maquillent, se déguisent, ils restent très authentiques dans leur façon de faire, très naturels. Ils sont là pour s’éclater entre potes, oublier les soucis du quotidien, et vivre leur passion à fond !

HALF BOB – Interview

Dans son blog, Gimme Indie Rock, Half Bob met en images et avec moult références son addiction pour cette forme de Rock peu prisée des masses, aux icônes aussi cultes qu’underground, à de rares exceptions. Comme il se doit, le concept a été adapté en BD avec deux tomes parus à ce jour. Un auteur de BD à ce point accro de Rock ne pouvait échapper à une interview.

Histoire de faire les présentations, peut-on connaitre l’origine de ton pseudo ?
Il n’a pas de signification particulière. Pour m’inscrire sur un site de visuels de t-shirts, il me fallait un pseudo. Un peu plus tôt, j’avais vu l’affiche d’un film, Half Nelson, dont le nom m’avait plu. Ça s’est fait comme ça.

Comment t’es venu l’idée ou l’envie de créer ce blog dédié à l’Indie Rock ?
J’ai toujours aimé les chroniques de jazz de Siné dans Charlie Hebdo. Et j’ai adoré son autobiographie Ma vie, mon œuvre, mon cul. J’ai voulu faire quelque chose dans un esprit similaire, parler de musique avec pas mal de texte et quelques dessins. Au fil du temps, les dessins ont pris de plus en plus de place, jusqu’à devenir carrément un blog BD.

D’où est née ta passion compulsive pour cette forme de Rock peu connue du plus grand nombre ?
black-francis1-1024x947Tout a commencé le jour où un copain, au lycée, m’a fait découvrir Doolittle des Pixies. Ça a été un choc. Mais vraiment, hein, la basse du début de Debaser, ce son de guitare, cette voix, ça m’a estomaqué, un coup de foudre immédiat. Quelques temps après, j’ai découvert You’re living all over me de Dinosaur jr, et là aussi ça m’a retourné. Puis Sonic Youth, Fugazi…jusqu’à Plaided aujourd’hui. Je suis toujours avide de découvertes musicales. Ça ne s’est jamais arrêté.

Que réponds-tu aux détracteurs qui reprochent à l’Indie Rock de se complaire dans l’underground et dans un élitisme pseudo-intello afin de dissimuler ses faiblesses musicales et de justifier sa faible audience (procès qui est fait à la « nouvelle BD », d’ailleurs) ?
Déjà, la notion de faiblesse musicale est relative. Par exemple Lou Barlow, avec trois notes sur une guitare vaguement accordée, me procure beaucoup plus d’émotions que le mec de Muse et sa virtuosité technique. Concernant la faible audience, je préfère de toutes façons une salle de 500 personnes à un concert au Stade de France, donc l’aspect underground ne me gêne pas, bien au contraire.

Comment se fait le choix des sujets, au gré de ton humeur ou selon un plan subtilement élaboré ?
Je fonctionne au coup de cœur, tout simplement. Un truc me plait vraiment, hop j’ai envie d’en parler. Après ça peut se faire sur un ton décalé ou premier degré, ça dépend…

Les commentaires postés par tes lecteurs de ton blog sont-ils également une source d’inspiration ?
Parfois oui, je pense notamment au lecteur qui m’ a fait délou-barlow1-1024x701couvrir Bass drum of death, je n’en ai pas encore parlé mais ça ne saurait tarder!

Puisqu’on parle du blog, d’où vient ce « Horse with no name » qui joue de la guitare sur la page d’accueil ?
Il vient d’une note que j’avais faite sur un groupe nommé Garlic (excellent d’ailleurs). Sur la pochette de leur premier album il y avait un homme sur une chaise électrique, avec une tête de cheval. Je m’en étais inspiré pour faire ce personnage, qui a bien plu et s’est imposé en page d’accueil du blog et sur les pages de chapitrage des bouquins.

Quels points communs vois-tu entre Rock et BD ?
Honnêtement aucun. Dans le rock, le groupe est confronté à son public assez régulièrement, il a un retour immédiat.Pour avoir l’équivalent en BD, il faudrait réunir les lecteurs dans une salle et voir leurs réactions en direct. Et ce serait assez gênant, non?

Penses-tu qu’il existe une forme de graphisme Rock ?
En tous cas si elle existe, je ne saurais pas la définir. Et ça signifierait que d’autres formes de graphismes musicaux existent, comme le graphisme polka, et ça devient vertigineux!

Quels sont les auteurs de BD qui ont pu t’influencer dans ton travail ?
Pour Gimme Indie Frock, comme je l’ai dit avant, les chroniques de Siné. Et les reportages BD de Luz. Sinon enfant puis ado, j’ai adoré Franquin, Gotlib, Edika, Tronchet. je suppose que leur travail a du avoir une influence sur moi, même si ça ne saute pas forcément aux yeux. Sauf pour la façon de dessiner mon nez, clairement piquée à Edika.

Travailles-tu en musique ?
Oui, toujours. De toute façon, j’écoute de la musique en permanence quand je suis chez moi.

Quel album conseillerais-tugrandaddy-12-1024x759 à un novice pour découvrir le monde merveilleux de l’Indie Rock, pas forcément celui que tu emmènerais sur une ile déserte mais plutôt un disque emblématique, fondateur… ?
Mmm, j’hésite entre Doolittle des Pixies et The Sophtware Slump de Grandaddy.

Enfin, la question qui me démange depuis le début de l’interview, la couleur de la couverture de Gimme More Indie Rock ! est-elle un hommage subliminal au club de foot de Saint Etienne (ville dont tu es originaire) ?
En fait non, mais ça aurait pu, étant un inconditionnel de l’ASSE depuis tout petit!

La chronique de Just Gimme Indie Rock !, c’est par là et celle de Gimme More Indie Rock!, par ici

Bonus Track : Hervé Bourhis (Le Stéréo Club)

A propos du Stéréo Club, 3 questions à Hervé BOURHIS

Le propos du Stéréo Club n’est pas passéiste même si l’on y décèle une pointe de nostalgie. Quel regard portez-vous justement sur l’évolution du support musical avec la suprématie du MP3 et paradoxalement le regain du vinyle ?
On n’en est même plus là. Maintenant les gens écoutent de la musique en streaming sur leurs smartphones via Spotify ou deezer. L’idée même de possession de la musique a disparu. Le budget musique peut être désormais de 10 euros par mois pour avoir quasiment tout. La qualité de son est merdique, mais pas pire que sur des teppaz ou à la radio dans les années 60.
Bon, en fait ça m’est égal, moi j’achète des vinyles, il y en a plein de nouveau. et quand ça disparaîtra, ma foi ça disparaîtra, il n’y a rien à faire pour enrayer ça. Pour l’instant, je profite.

Les nombreux personnages et intrigues des trois récits sont-ils tous issus de l’imagination fertile des auteurs ou sont-ils inspirés de faits réels ?
Guy, dans « Britney forever » c’est un peu moi. Je lis des bouquins sur John Coltrane ou Zappa et j’aime bien le dernier single de Justin Timberlake. On peut aimer les kleenex et les tire-jus, un macdo après un bon resto. Le chanteur loser de « chante avec moi » c’est inspiré d’un type qui d’ailleurs s’appelait Hervé et que j’ai vu une fois lors d’une scène ouverte à Paris. Il était extrêmement mauvais, et surtout terriblement prétentieux et imbu de lui-même. Il m’a fait rire. Et « 21 juin », c’est la synthèse de toutes les fêtes de la musique que j’ai pu faire dans ma vie. Un fiasco en général. Après, étant fan de vinyles, j’ai beaucoup côtoyé les disquaires, les conventions de disques, etc…

Comment se sont répartis les rôles entre dessinateur et scénariste, ce dernier étant par ailleurs lui aussi dessinateur ?
Eh bien j’écris le scénario et Rudy le dessine, c’est assez simple ! On travaille toujours ainsi depuis le début. Depuis 10 ans qu’on bosse ensemble, et malgré une certaine différence physique et deux « carrières » solos différentes également, on nous confond toujours. Comme une hydre abstraite à deux têtes. C’est rigolo et ça ne me dérange pas, d’ailleurs, parce que j’aime beaucoup Rudy !

Bonus Track : Gilles Poussin

A propos de Ketchup Boy, 3 questions à Gilles POUSSIN

Le récit se déroule en partie à Nantes, à la fin des années 1970, alors que le Rock français n’est pas aussi développé qu’aujourd’hui. Pourquoi avoir choisi ce lieu et cette période ?
Nantes, comme le titre d’ailleurs de l’album (« Ketchup Boy »), a été choisi par l’éditeur (Georges Mérel, responsable de la collection Flambant 9 chez L’Atalante) qui réside dans cette ville. Mais cette contrainte m’a arrangé, ayant moi-même vécu à Nantes, de 1982 à 1987… Et le dessinateur, Guillaume Berteloot, habite également dans la région nantaise (du coup, il a fait des relevés très précis, la maison de Ketchup, par exemple, existe vraiment !).
Pour la période (en gros, de 1979 à 1994), cela me semblait l’évidence même, c’est le moment de ma vie où j’étais en pleine activité dans le rock et je me suis servi de ce vécu pour bâtir mon synopsis. De plus, il n’existait aucune BD sur le rock en province des années 1980, et traité de manière réaliste encore moins. Ma référence en la matière, d’ailleurs, n’est pas une BD, mais un roman, « Human Punk », de John King, qui m’a fortement impressionné et motivé. Mais en y réfléchissant bien, pour la BD, il y a ce joyau incomparable qu’est « Locas » de Jaime Hernandez. Il m’a scotché, tant au niveau de la narration que du dessin et j’ai découvert sa traduction au moment de la rédaction de « KetchKetchup Boy Ketchup Boy ; Poussin - Berteloot © Librairie L’Atalante, 2008up »… Donc, ça m’a influencé dans mon travail de scénariste.
L’angle d’attaque, c’était de répondre aux innombrables livres qui radotent l’histoire officielle centralisée du rock français et pouvoir enfin raconter le parcours d’un de ces « soldats oubliés » du binaire hexagonal. Pour l’ambiance, j’avais en tête le « Avoir été », de Rodolphe et Ferrandez, publié dans le recueil « Outsiders » aux Humanos, une petite perle des années quatre-vingt que je n’avais pas oubliée… Et, hasard de la vie, c’est Rodolphe qui m’a présenté Guillaume Berteloot, le dessinateur.
Au fond, l’idée, c’était d’être le plus personnel et le plus honnête possible… sans être lourd.

Comment est né le personnage de Ketchup Boy et pourquoi avoir opté pour un bassiste plutôt qu’un frontman, guitariste ou chanteur ?
Par commodité, pour me sentir à l’aise : je suis bassiste.

Qu’est-ce qui a motivé le choix d’un dessin classique pour mettre en image l’histoire très rock’n roll de ce jeune rebelle ?
Le choix d’un dessinateur réaliste était pour moi fondamental. Je ne voulais pas du côté « humoristique » habituel de la BD Rock (même si j’apprécie hautement le travail de Margerin, Jano, Clerc, Vuillemin, etc.), je ne le voyais pas comme ça. En plus, mon ADN a été marqué au fer rouge durant mon enfance par le journal Tintin (le dessin réaliste était mis en avant dans cette revue), puis, plus tard, par les grands classiques américains (« Le Fantôme », « Rip Kirby », les Marvel et DC comics, les Creepy et Eerie, Will Eisner…) et les franco-belges réalistes ou semi-réalistes (Tillieux, Jijé, Giraud, Tardi…). Enfin, je trouvais que le côté « épopée » de l’histoire était mieux servi par un dessin de cette sorte et les grandes sagas familiales m’ont toujours fascinées (comme le pocket « La Route de l’Ouest » de Gino d’Antonio, par exemple). Au final, avec Guillaume, bien que bossant à 700 bornes de distance, on s’est très bien entendu… on avait quasiment la même culture !